sous la peau les mots

et réciproquement.

08 octobre 2006

Ambivalence

Plonger les mains dans la terre, avec le plaisir sensuel d'un matériau noble sous les doigts, sentir chaque grain se lisser et enfin voir l'émergence d'un corps qui ne doit qu'a nous. C'est un plaisir indicible.

Loin des soucis futurs tels que le problème que pourra ensuite poser l'armature métal/bois enchassée au coeur de l'argile, le casse-tête que cela représentera de décider où couper, pour creuser la forme afin d'éviter l'éclatement durant la cuisson...mais encore faut-il que le séchage se passe sans anicroche..

Autant dire que modeler est encore l'étape la plus sereine. Celle propice à la concentration et au zen absolu.

Malgré tout mon esprit critique ne cesse intérieurement de bousculer ce bref calme, envisageant des options, des possibles, des "si" bien trop conditionnels voire irréalisables. Parce qu'il est difficile d'imaginer les dégats sans essayer d'anticiper..

Je me partage, entre la tête et les mains. Le coeur et la raison.  Le rêve et la réalité concrète.

Posté par souslesmots à 22:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire