sous la peau les mots

et réciproquement.

30 août 2010

Des bouts d'étoiles dans le coeur.

Au fond une expo ou un festival c'est quoi ?

Des planches, des tréteaux, du tissu ou des socles selon le lieu; des caisses emplies de sculptures, d'autres emplies de vis, tournevis, clous et autres indispensables, des kilomètres de papier bulle, une chaise (ou pas, d'ailleurs la prochaine expo c'est 4 jours debout le sourire en plus enjoy !), de la patience..beaucoup de patience.

Et des sourires:

- Pour ceux qui passent, comme ca juste pour voir.

- Pour ceux qui s'arrêtent, parfois en plein milieu d'une phrase, comme percutés par un mur, et si le mur c'est mes sculptures et bien çà fait chaud au coeur.

- Pour ceux qui à deux souvent, se posent et sans complexes ni tact, sans dire bonjour, ni même accorder un regard, commentent. Posent un jugement péremptoire, et quelquefois complètement loufoque sur le travail d'un artiste.

- Pour ceux qui voudraient bien prendre, encore et encore, qui posent des questions si précises, qu'il devient vite évident qu'eux aussi pratiquent un art, et prendre un peu partout puis assembler est plus facile, c'est sur. Alors ils posent des questions indiscrètes, insistantes, et s'offusquent que l'artiste ne désire pas partager une technique qui est le fruit de plusieurs années de travail.

- Pour ceux désarmants qui pensent qu'avec 20 euros çà va quoi. Après tout c'est qu'un peu de terre - peinture - fil de fer ..selon l'art, mais avec toujours la pensée que quand même quoi. Les artistes ils ont la vie belle. Après tout.

- Pour ceux qui connaissent un ami d'un ami d'un ami qui lui aussi est artiste. Si si. Il récupère les déchets d'ailleurs. Ceux là en général mieux vaut ne pas trop chercher, le mal de crâne est assuré.

- Pour ceux qui se posent, prennent des poses, justement, pour finir par vous lâcher LA phrase cultissime entre toutes : "Moi aussi je fais de la poterie".
...comment dire ? Les jours avec je suis ultra zen je les laisse parler d'eux, ce qui est au final la seule raison qui les a fait venir vous parler, les jours sans..je leur demande à combien de cendriers, porte crayons, bols ..ils en sont. J'ai eu la surprise un jour de voir un monsieur sortir un exemple de son sac...

- Pour ceux qui trouvent que telle sculpture serait siiiiiiiiii parfaite pour aller avec le canapé, la lampe, le couvre lit ou tout autre possession. Là, mon urticaire se réveille et en général je croise les doigts pour qu'ils ne m'achètent rien. Parce qu'entre les factures et la fierté..le choix n'est pas toujours simple.

- Pour ceux qui sont aussi artistes, et qui commencent par vous expliquer qu'ils détestent ce qui est la base de vos créations. Pour ensuite vous encourager à vous extasier sur les leurs.

- Pour ceux aussi qui ont une si haute opinion d'eux même et de leur art, qu'ils méprisent tous ces gens qui passent, ignares incultes...mais qui affichent un sourire onctueux dès que l'ombre d'une vente se profile.

Et puis..il y a aussi

- ceux qui pleurent devant votre travail. Simplement. Presque en s'excusant d'être émus. Ceux là, je les garde dans un coin du coeur pour les jours sans justement..les jours de doute.

-ceux qui passent, et re passent. Dont les mains se tendent, n'osant pas toucher, mais attirés. Ceux là souvent n'ont tout simplement pas les moyens financiers de leurs coup de coeur. Et je ne les en aime que plus.

- ceux qui mettent des mots sur ma terre, qui la font vibrer de leur ressenti, les plus extravertis font parfois de vraies déclarations théâtrales en pleine foule. Ils éclairent de leur soleil intérieur la grisaille extérieure.

- ceux qui en silence, me suivent, ici, sur facebook, sur mon site pro, et qui un jour, au hasard d'une date, vont faire un coucou timide, partager un moment, et parfois un lien d'amitié se crée..

Et tant d'autres encore..

Mais parmi toutes ces personnes, il en est avec qui j'ai un contact particulier souvent. Spontané, et drolatique aussi. Ce sont les enfants. Depuis celui qui crie de l'autre bout de la salle à sa mère de venir voir mes sculptures, à celle qui fait la liste à son père des sculptures qu'il faut ab-so-lu-ment acheter..souvent sous l'œil un peu embêté du papa !

Sur le dernier festival que j'ai fait, j'ai croisé un petit garçon, d'une dizaine d'années, qui logeait pile en face du lieu d'expo, tous les jours il est venu me saluer, dessiner certaines sculptures, appuyé sur un coin du stand, en tirant la langue pour mieux se concentrer. Tous les soirs il comptait pour voir si j'avais vendu, selon le papa j'ai provoqué une vocation :)

Le premier soir, je l'ai vu débouler en trombe dans la rue et courir pour me donner un papier :

petit_mot_enfant

Au fond une expo ou un festival, ce sont avant tout des rencontres, des sourires, et des bouts d'étoiles dans le coeur.

 

Posté par souslesmots à 12:44 - Commentaires [4] - Permalien [#]

Commentaires

    que dire de plus ...
    sinon peut être, que ce petit garçon ,j'aimerai bien le rencontrer !

    Posté par florence, 01 septembre 2010 à 11:58
  • bravo à lui d'avoir été ému par tes oeuvres
    il est prometteur ce petit garçon

    Posté par venise, 02 septembre 2010 à 23:08
  • Et voilà, grâce à toi, je commence ma journée par des larmes d'émotion ! Il est mignon tout plein ce petit garçon et je suis tout à fait d'accord avec ta définition des festivals.

    Posté par Mariposa, 12 septembre 2010 à 10:55
  • Waow. C'est encore plus beau quand ca vient d'un etre pur et innocent. Bel hommage de ce petit bout en tout cas.

    Posté par Lyll, 24 novembre 2010 à 17:22

Poster un commentaire