sous la peau les mots

et réciproquement.

10 octobre 2010

Pandore

la_bas_bis

J'ai toujours eu un faible pour cette photo. Prise un matin d'été, dans un petit village, un de ceux où le soleil perce l'ombre des platanes, et où les trésors cachés se méritent.
L'idée qu'au-delà de ces marches, si je pousse cette autre porte au bleu si intense, enfin les réponses surgiront comme autant d'évidences. Cette porte qui est celle de mes limites, de mes peurs, de mes doutes. Celle que je suis seule à pouvoir choisir, d'ouvrir, de dépasser.

Ces jours ci, j'ai la terre qui se brouille.

J'entre dans l'atelier avec tellement de choses, de questions, d'hésitations, de doutes..le tout se bousculant dans ma tête.. tout n'est que tempête dans mon crâne.

Je ne sais plus comment faire. Mes mains balbutient, se trompent, errent, hésitent, défont. Et puis je rends les armes.

J'ai passé du temps à combattre certaines choses, à leur ôter leurs pouvoirs, les remiser, loin, très loin.

Et là, soudainement, je doutes. Et si ces choses justement pouvaient habiter ma terre ? La rendre plus dense, plus forte, plus...puissante.

Et si elles la rendait moche ? Dure, malsaine..violente ?

Inutile ?

Stérile ?

Lâcher prise est surement la chose la plus difficile au monde pour moi. Je le vérifie encore aujourd'hui. Ouvrir la boite de Pandore, sans savoir, ce qui sortira.

Ou plutôt en sachant ce qui risque de sortir. Et l'ouvrir, tout de même ?

Posté par souslesmots à 07:32 - Commentaires [5] - Permalien [#]

Commentaires

    Et si tu faisais tout simplement une pause dans ta terre, que tu allais voir et te nourrir d'autre chose, ne serait-ce que pendant quelques jours ?

    Posté par Mariposa, 10 octobre 2010 à 22:14
  • tu m'as dit toi même que parfois un break est nécessaire et la créativité n'en n'est que plus belle ensuite (je te cite) alors pourquoi pas...

    Posté par macha, 11 octobre 2010 à 10:19
  • effectivement si tu te faisais une petite pause, ou un petit voyage histoire de te changer la tête et quand tu reviens, tu t'y remets, sans te juger, histoire juste de te faire "plaisir", justement pour le plaisir de patouiller et pas dans un esprit de production esthétique rentable.
    Ca passera t'inquiète pas c'est juste une phase. Ca va te faire avancer d'ailleurs quand tu passeras le cap ;) si t'as besoin de parler t'as mon mail. des bises

    Posté par Clémentine, 13 octobre 2010 à 13:44
  • Bon, bah j'allais écrire le même genre de conseil.
    Oui, se nourrir d'autres choses, prendre l'air quoi.
    Mais ces choses remisées, comme tu dis, s'il s'agit d'émotions elles te seront utiles même dans la création. Les identifier même si elles te déplaisent, c'est déjà les maîtriser un peu. Les utiliser dans ton art c'est les maîtriser totalement et là vraiment les mettre à distance puisque tu élabores quelque chose avec... les ré-inventer, les mater, les diriger.
    Cela peut être un point de vue, une approche différente de cette boîte de Pandore... qui deviendrait en quelque sorte une à boîte à outils... qu'on ouvre ou pas selon son humeur.

    Posté par liliak, 25 octobre 2010 à 17:24
  • Lâcher prise est surement la chose la plus difficile au monde pour n'importe qui, la belle... j'en sais quelque chose ! ;)

    j'ai toujours trouvé que ta terre, comme tu dis, est profondément nourrie de ce qui te compose... peut-être même à tes dépends, va savoir.
    toutes ces femmes, qui s'envolent librement vers leur destinés... nous tournant le dos ou bien nous offrant un visage tendu vers je ne sais quel vision magique... ces femmes sont toutes nées de ce qui se cache en toi, et te ressemblent, finalement.
    il y a beaucoup d'intensité dans ta terre, elle n'est pas là par hasard.

    et ouvrir la boite de Pandore n'y changera rien. ta terre se nourrira simplement d'aliments diversifiés, neufs... à toi de les mélanger, de les marier avec ceux qui composent ton quotidien.

    tu y arriveras, j'en suis convaincue.

    Posté par pati, 26 octobre 2010 à 23:09

Poster un commentaire