sous la peau les mots

et réciproquement.

28 décembre 2010

Doutes en Ré Majeur.

J'ai toujours plus de questions que de réponses. Est-il possible que les questions me protègent de jamais trouver les réponses ? Je ne sais pas. Je préfère penser que non. Que chaque question est une avancée vers autre chose, un pas de plus, vers l'avant.

 

Ce soir j'observais la nuit tomber, les ombres grandir et s'allonger. L'obscurité envahir les recoins cachés et les allées de mon monde.

Enfant le souffle du vent agitant les branches dans la nuit me terrifiait comme autant de serres angoissantes qui venaient frapper les immenses fenêtres de cette drôle de chambre. Je n'ai jamais compris comment on pouvait vivre dans une maison entourée de baies vitrées..j'ai besoin de murs, solides, opaques. Je veux pouvoir poser une limite entre l'extérieur et l'intérieur.

Aujourd'hui je n'ai plus peur de la nuit, au contraire, j'en aime les ombres et l'odeur particulière qu'elle donne au monde. Ces heures entre chien et loup où tout semble possible, rien n'est vraiment défini, tout se devine, telle une esquisse un peu tremblante.

Ce soir j'observais la nuit tomber. Et j'observais ma vie.

 

 

A l'ombre de mes doutes, certaines musiques me poursuivent, boucle fermée que j'écoute à en perdre la notion du temps. En Ré majeur, mes doutes bercent ma terre. Quand je dis vouloir laisser là le lisse, il se rappelle à moi..

 

 

2

Posté par souslesmots à 00:44 - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires

    M'agrada molt aquestes figures. Felicitacions. Feliç any nou.

    Posté par CambrilsArtTotal, 28 décembre 2010 à 21:03
  • Sans doutes et contradictions, il n'y a pas d'artiste ! Et toi tu l'es complètement, il est normal que ta terre soit pétrie de doutes ! Et ma foi ta nouvelle création est pleine de douceur et d'apaisement ...

    Posté par Mariposa, 01 janvier 2011 à 23:36

Poster un commentaire