sous la peau les mots

et réciproquement.

21 mars 2011

Autoportrait de l'être.

3

Je suppose que l'on pourrait penser que le changement de style dans mon travail, des thèmes légèrement hum..déstructurés pourraient exprimer un malaise quelquonque...

En fait il n'en est rien. Paradoxalement, plus je suis heureuse, plus je peux explorer l'ombre. Laisser s'exprimer une part de l'être existante en chacun de nous. Cette ombre n'est pas noire pour moi, au contraire, c'est une lumière étincelante.

Je ne choisis pas le voyage pas plus que la destination. Je suis les notes, chantonne, et accueille avec le sourire les chemins qui se dessinent au loin.

Clairement, j'ai des envies d'ailleurs, d'autre chose, de changement de perspective. Aujourd'hui est peut-être le jour où je suis le plus près de ma vérité.

Cet autoportrait n'est pas le mien. Pas au sens classique du terme, représentation d'un visage extérieur. C'est un instantané de l'être, le mien, oui, mais celui de beaucoup je crois..

Elle passe du lisse à la vie, rattrapée par l'envie. D'être.

 

auto_2

autoportrait_de_l_etre1

 

 

Posté par souslesmots à 16:52 - Commentaires [5] - Permalien [#]

Commentaires

    géniallllllllllllllllllllllllllllllissimeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee ;o) moi j'adhère ;o))

    Posté par sabine, 21 mars 2011 à 18:42
  • Elle est magnifique, la féminité même, douce et abrupte, lisse et rugueuse, duelle et pleine de contradictions

    Posté par venise, 21 mars 2011 à 19:24
  • j'aime beaucoup! ses contrastes, ses yeux fermés, ses crevasses. c'est fou comme on exprime beaucoup de chose par la sculpture (ou la peinture d'ailleurs). en tout cas, à moi, ça me parle.

    Posté par macha, 22 mars 2011 à 09:17
  • C'est beau, tout simplement. Rien de plus à ajouter.

    Posté par Patricia, 22 mars 2011 à 14:00
  • je crois qu'on ne peut aborder nos ombres que lorsque la lumière baigne notre âme.
    sinon, ça me semble un peu trop douloureux ;)))

    c'est donc bon signe, moi j'dis ;))))

    et c'est splendide.

    Posté par pati, 30 mars 2011 à 20:04

Poster un commentaire