sous la peau les mots

et réciproquement.

17 juin 2011

Doutes en ré majeur

La courbe du temps étant capricieuse, il arrive parfois que certaines sculptures restent un peu oubliées, prises de vitesse par les suivantes.

Celle-ci en est le parfait exemple. D'autant qu'elle  marque un peu la fin d'une période, celle de la terre noire, du lisse. Rien ne dit bien sur que je ne ferai pas quelques incursions en terrains connus ici et là, mais à priori, elle porte bien son nom : Doutes en ré majeur.

Elle est mon "entre deux" celle qui relie hier et demain.

1

2

 

Posté par souslesmots à 08:00 - Commentaires [1] - Permalien [#]

Commentaires

    Elle porte bien son nom. Ce visage si lisse, ces trais si bien tracés semblent dessiner des ombres soucieuses. Des choses à dire sur lesquelles la bouche semble se résigner à rester fermer. Des choses que les yeux ne semblent pas vouloir regarder. Ou peut-être les paupières baissées de la réflexion ? Tu vois, je doute ...

    Posté par Mariposa, 19 juin 2011 à 23:00

Poster un commentaire