sous la peau les mots

et réciproquement.

13 mai 2012

En léthargie, et hyperactive

Ce blog sommeillait depuis un moment, mais il est familier des siestes prolongées. Peu à peu, une certaine léthargie s'installe, les notes s'espacent, tendant à laisser place au vide. Blanc, neutre, absent.

J'ai souvent pensé que s'absenter du monde est relativement simple. On commence par distendre quelques liens, on sourit plus que l'on ne parle, on devient observateur, détaché, extérieur, curieusement atone de sentiments.

Quelques semaines suffisent pour graviter autour du monde sans plus en faire partie. Le bruit, l'agitation, les préoccupations (réussite, argent, course à la valorisation...), les petites et les grandes histoires...tout devient anecdotique, dérisoire. Un bruit de fond atténué qui ne nous touche plus. On déconnecte.

Le retour évoque une porte s'ouvrant sur une salle emplie de gens vociférants, des vagues de chaleur étouffantes qui vous sautent à la gorge, une compression immédiate du corps et de l'esprit.

Pourtant, si les périodes d'absence sont importantes, elles ne peuvent constituer l'essentiel de la vie, parce qu'elles ne sont pas la vie. Une partie seulement, une modalité d'être au monde. Un espace de survie. Un lieu où se ressourcer, pour éviter le burn out sensoriel et émotionnel.

Ces absences sont paradoxalement un véritable volcan en bouillonnement. Idées, rêveries, lacher prise et vagabondages dans l'inconscient forment un voyage passionnant, et épuisant. car l'esprit ne se repose pas, il profite de chaque nano seconde, ivre de cette liberté minutée, sachant parfaitement qu'au final, le retour au monde le guette.

Et si vu de l'extérieur, on peut sembler passif, absent, léthargique...vu de l'intérieur, c'est une explosion permanente, des idées filant trop vite pour songer même à les saisir, des concepts, futures pistes de travail qui emergent, sorte de brouillard dense, insaisissable, mouvant. Un carrousel lancé à toute allure vous habite, et dont la musique ne cesse d'accelerer.

jusqu'au moment où...

Il est temps.

De revenir au monde.

D'inspirer un grand coup, et d'ouvrir la porte. A nouveau.

 

 

 

Posté par souslesmots à 16:24 - Commentaires [4] - Permalien [#]

Commentaires

    welcome back

    Bienvenue au monde à nouveau alors, même si celui ci est plein de bruit, de fureur, de choses sans importance. des futiles et des utiles, de celles qui font du bien, des autres aussi. La vie seule compte, la création aussi, j'aime bien quand tu parles d'inspiration. enfin j'aime bien tes mots en général, alors je suis contente de te retrouver :)

    Posté par venise, 13 mai 2012 à 18:20
  • une renaissance en quelque sorte !
    je connais bien ces moments pour les vivre moi même ... partir pour mieux revenir , mais c'est parfois si difficile !
    en tout cas tu m'as manqué !
    des bisouxx

    Posté par florence, 13 mai 2012 à 23:21
  • Je comprends exactement ce que tu veux dire ! Je ressens exactement la même chose !
    Je suis impatiente de voir ce que cette absence au monde va te faire créer ...

    Posté par Maripos, 13 mai 2012 à 23:53
  • Je suis contente de découvrir ton blog au moment où tu y reviens alors :-))
    Au plaisir de te lire!

    Posté par Frayer, 15 mai 2012 à 10:19

Poster un commentaire